Nutrition - santé

Le lapin est excellent pour la santé !

Diététique, riche en protéines, vitamines, minéraux, source d’Oméga 3.

Une viande moins calorique que le bœuf, l’agneau, le porc et même le poulet. Elle contient en moyenne 170 kcal/pour 100 g de viande, notamment le filet et la cuisse. Le lapin contient à peine 8% de lipides. Il peut donc être consommé sans problème lors de régimes amaigrissants et diabétiques.

vue-dessus-carottes-sac-legumes_23-2148622447
240_F_57344766_bQcrt75EjNkv1FpDyeEZ6jkkbsZu8zbZ
lapin-cuit-aux-legumes_72772-16473
240_F_38380807_h6Ka49LpmHaeoQMW8lEsG7HR42OC8Y4g

« Manger du lapin contribue donc à une alimentation équilibrée et variée,

gage d’énergie et de bonne humeur ! »

Une viande riche en protéines de bonne qualité nutritionnelle (environ 21gr /100g).

Une excellente source de vitamines, de minéraux et d’oligo-éléments : forte teneur en vitamines B3 et B12 et en phosphore, en potassium, en sélénium, source notable de fer et de zinc. Elle est plus pauvre en sodium que la plupart des autres viandes. Elle participe utilement au bon équilibre vitaminique et minéral de toute alimentation.

Une viande avec un excellent équilibre en acides gras. Le lapin est plus riche en acides gras oméga3 que les autres viandes. Il favorise une réduction du risque de maladies cardiovasculaires, et il peut aussi atténuer les effets néfastes d'une tension élevée.

Une viande recommandée pour les sportifs. En plus d’être maigre, riche en protéines de qualité, facilement digestible, la viande de lapin est aussi chargée en sélénium. Cet antioxydant est très recherché par les amateurs de sport. En effet, ce minéral parvient à supprimer les peroxydes néfastes provenant de la respiration cellulaire pendant l'effort physique.

Une viande recommandée pour les enfants et les femmes enceintes. Le lapin contient une quantité intéressante de vitamine B12 (cobalamine), vitamine essentielle à la croissance. De plus, le lapin se démarque surtout par sa grande teneur en phosphore : avec 200 mg/pour 100 g. Le phosphore est le second minéral de l'organisme, il est très important pour la croissance et l'entretien des os et des dents.

enfants-remportant-match-football-exterieur_23-2148631593
7-Photo-TrailDSC_0214-(7)
femme-sportive-homme-jogging-au-parc-dans-lumiere-du-lever-du-soleil_155003-8596
belle-jeune-maman-enceinte-sa-petite-fille-dans-champ-colza-jaune_263818-112

Alimentation et qualités nutritionnelles du lapin

Le lapin est un monogastrique qui ne transforme pas les graisses de son alimentation. Ainsi, il contient 10 % de lipides dont la moitié est des acides gras insaturés (Oméga 3).

En effet, son alimentation végétale lui apporte des acides gras insaturés, en particulier de l’acide linolénique (oméga 3), par la luzerne, le colza, la graine de lin et de l’acide linoléique (omega 6) par le tournesol. Ainsi, la viande de lapin couvre 15 % des Apports Nutritionnels Conseillés (ANC) pour 100 g de viande.

                                                 LIN

                                              COLZA

                                             LUZERNE

                                             TOURNESOL

 Comment faire du régime sinon par le biais de l’animal ?

VIDÉO DR SCHMITT

bernard-schmitt
logo-BBC

En effet, si l’animal mange des choses très bonnes pour sa santé à lui, on a toutes les chances d’avoir de bons produits pour notre santé à nous.

Ne bannissez pas la viande de votre alimentation !

Pour citer un article de 2016 du magazine Femmes Actuelles : "On peut consommer ….. du lapin qui est une viande excellente sur le plan nutritionnel".

Les Français s’intéressent de plus en plus à la qualité des produits présents dans leurs assiettes et sont en quête d’informations pertinentes pour aiguiller leurs choix. Les rapports alarmistes et la désinformation font naître de nombreuses idées reçues. Pourtant, si une des clés de l’équilibre est d’avoir une alimentation variée, la viande de qualité ne saurait en être exclue ! Le Docteur Bernard Schmitt, médecin nutritionniste et co-président de l’association Bleu-Blanc-Cœur nous donne les clés pour mieux manger.

 

Intégrer la viande à une alimentation équilibrée, c’est possible !

Le programme national nutrition santé (PNSS) a été lancé en 2001 par le gouvernement. Destiné à dispenser des conseils et recommandations à tous les Français pour les aider à mieux s’alimenter, il intègre les protéines animales aux repas journaliers. Le PNSS recommande de consommer de la viande (ou une autre protéine animale comme le poisson ou les œufs) 1 à 2 fois par jour, à raison d’une portion de 100g environ. La viande apporte en effet des protéines de bonne qualité, du fer et des acides gras essentiels tels que les oméga-3. Ces derniers ont un impact positif dans la prévention des maladies cardiovasculaires et du diabète mais aussi sur le cerveau.

Comment bien consommer de la viande ?

Première recommandation, et non des moindres, il faut être vigilant sur le mode de cuisson de la viande. Elle a une incidence réelle sur ses qualités nutritionnelles et peut présenter un risque sur la santé. La cuisson au barbecue fait notamment brûler les graisses et fabrique des hydrocarbures susceptibles de provoquer le cancer. Une cuisson en daube est, par exemple, à privilégier. Conséquence pour votre santé, le bœuf bourguignon est préférable à un steak passé au grill.

Concernant le type de viande, la diversité est la clé de l’équilibre. L’être humain n’a pas besoin de consommer de la viande rouge tous les jours, une à deux fois par semaine est un rythme suffisant. On peut consommer du poisson mais aussi de la viande blanche, notamment du lapin qui est une viande excellente sur le plan nutritionnel.

Manger de la viande en pensant à sa santé

Les bienfaits de la viande sont nombreux et le risque potentiel ne réside pas dans la viande elle-même mais plutôt dans sa consommation excessive. Le fer qu’elle contient est absolument indispensable à l’organisme et participe à constituer notre capital de globules rouges. Par contre, l’excès de fer représente un risque car il peut alors capter l’oxygène, créer des radicaux libres, provoquer une inflammation et donc augmenter le risque de cancer.

Il existe un excellent moyen de contrer les effets de ce fer excédentaire : consommer du calcium et donc des produits laitiers (lait, fromage, yaourts ou fromage blanc). Le mode de production Bleu-Blanc-Cœur est aussi un facteur protecteur car les animaux qui consomment des graines (lin, féverole…) et en polyphénols (des anti-oxydants naturels protecteurs) produisent ainsi une viande saine et équilibrée.

Manger varié, équilibré et préserver sa santé, c’est possible à la condition d’adopter de bons comportements alimentaires et de choisir les aliments bien produits (démarche Bleu-Blanc-Cœur).

Merci au Docteur Bernard Schmitt, médecin nutritionniste et co-président de l’association Bleu-Blanc-Cœur.

Article en partenariat avec Bleu-Blanc-Coeur

Les nutritionnistes* le disent : le lapin, c’est bon pour la forme !

A la fois tendre et goûteuse, la viande de lapin allie plaisir et exigence de bien-être.

* Etude nutritionnelle de la viande de lapin (2016) réalisé par SPRIM, par le Docteur Hervé ROBERT, médecin nutritionniste, et Marie-Béatrice Queinnec, ingénieur nutrition santé.

Docteur Hervé Robert médecin nutritionniste:

AVT_Herve-Robert_4748

"La viande de lapin a pourtant de bons atouts à faire valoir », « le lapin est classé dans les viandes blanches, les consommateurs devraient mieux le connaître et l’apprécier, tant pour son goût délicat que pour sa composition nutritionnelle qui en fait un aliment à forte valeur diététique, riche en protéines et en bons lipides permettant d’augmenter l’apport d’Oméga 3 dans notre alimentation".

Et de poursuivre "sa chair qui allie ainsi plaisir et santé devrait séduire le consommateur de plus en plus préoccupé de la qualité du contenu de son assiette".